Menu

L’ÎLE POUBELLE

ARTE Reportage – 2010

C’est une anomalie dans le paysage, presqu’une hallucination au cœur d’un archipel paradisiaque. A quelques kilomètres de Malé, la capitale des Maldives, une seule île avale les déchets de centaines de milliers d’habitants mais aussi de touristes. Aujourd’hui, elle déborde et les ordures qui se déversent chaque jour dans l’océan indien menacent l’environnement.

Pourtant, il y a encore une trentaine d’années, Thilafushi était un lagon comme les autres, baigné dans les eaux turquoises. Mais en 1992, le gouvernement décide de le sacrifier : la démographie croissante de l’île principale conjuguée au développement de l’industrie touristique ne permet plus de traiter les déchets sur une terre habitée.

L’île poubelle est née. Camions et bulldozers débarquent, ils comblent le lagon… avec des ordures. Sept kilomètres de long pour deux cent mètres de large, Thilafushi continue  de gagner du terrain sur l’océan, a raison de près d’un mètre carré par jour.